Boutique Biologiquement.comÉviter l’aspartam et les autres édulcorants artificiels

  Posté par stevia       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

Stevia bio antioxydant naturel puissant

Éviter l’aspartam et les autres édulcorants artificiels

L’aspartam peut être trouvé sur la liste des ingrédients dans les produits suivants:

Les sodas, les médicaments en vente libre et les médicaments délivrés sous ordonnance (très courant et listes à autres ingrédients ), les vitamines, les suppléments aux herbes, les yaourts, les petits déjeuners instantanés, les bonbons, les pastilles à la menthe, les céréales, la gomme a mâcher sans sucre ,les boissons au cacao, les boissons au café, les petits-déjeuners instantanés, les desserts contenant de la gélatine, les crèmes glacés, les jus de fruits, les laxatifs, les boissons lactées, les édulcorants de table, les boissons au thé, thés et cafés instantané, sauces,etc……..
Vérifiez attentivement les étiquettes et comparerez les à la liste des «édulcorants à éviter”. Beaucoup de gens ne vérifient pas attentivement les étiquettes et continuent à s’empoisonner.
En outre, de nombreuses personnes ne réalisent pas que leurs enfants peuvent consommer a l’école et a leur insu des aliments ou des drogues contenant de l’aspartam ou d’autres édulcorants artificiels. Parlez-en au Directeur de l’école pour s’assurer que cela n’arrive pas.

Beaucoup de gens trouvent plus facile d’éviter les édulcorants toxiques par des achats au niveau local, les grandes magasins d’aliments naturels, si possible. Beaucoup de magasins d’aliments naturels ont interdit les édulcorants artificiels (En particulier l’aspartam) pour des raisons évidentes. Mais il est toujours important de vérifier les étiquettes certains magasins d’aliments santé vendent sans le savoir, de l’aspartam,de l’acésulfame-k, et du sucralose!

Boutique Biologiquement.comStevia rebaudiana, famille des astéracées, contient des stéviosides fort pouvoir sucrant

  Posté par stevia       1 commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Nom commun : stevia bio antioxydant naturel puissant


Nom botanique :
Stevia rebaudiana, famille des astéracées ou composées.
Nom anglais :
stevia.

Partie utilisée : feuilles.
Habitat et origine :
petit arbuste originaire du nord de l’Amérique du Sud (Brésil et Paraguay), aujourd’hui cultivé sur une base commerciale en Amérique centrale, au Brésil, au Paraguay, en Uruguay, aux États-Unis, en Russie, en Israël, en Thaïlande, en Chine, au Japon et en Corée.

stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio sucrette
stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio

Posologie

On attribue les effets du stévia aux stéviosides qu’il renferme. La teneur en stéviosides des feuilles peut varier de 4 % à 20 % du poids sec en fonction des cultivars employés et des conditions de culture. Pour obtenir l’effet thérapeutique recherché, il importe donc d’employer un extrait normalisé en stéviosides.

Hypertension artérielle

– Prendre de 250 mg à 500 mg de stéviosides, trois fois par jour.

Avertissement. L’automédication en cas de diabète peut entraîner de graves problèmes. Lorsqu’on entreprend un traitement ayant pour effet de modifier son taux de glucose sanguin, il faut surveiller sa glycémie de très près. Il est aussi nécessaire d’avertir son médecin afin qu’il puisse, au besoin, revoir la posologie des médicaments hypoglycémiants classiques.

Historique du stevia rebaudiana

Les Indiens Guarani d’Amérique du Sud ajoutaient à leurs infusions de plantes des feuilles de stevia pour les adoucir. Au Brésil et au Paraguay, on les utilise depuis des siècles en cuisine. En Amérique latine, la phytothérapie traditionnelle considère le stevia comme hypoglycémiant, hypotenseur, diurétique et cardiotonique.

Il a quand même fallu attendre le début du XXe siècle pour qu’on commence réellement à s’intéresser aux stéviosides de la plante, qui possèdent un pouvoir sucrant de 100 à 300 fois supérieur à celui du sucre sans aucune calorie. Les stéviosides font partie de la famille des glucosides, des substances végétales cristallines qui produisent du sucre après avoir été absorbées par l’organisme.

Au début des années 1970, le Japon a interdit l’usage des édulcorants artificiels (aspartame, saccharine) parce que les autorités craignaient leurs effets négatifs sur la santé humaine. Au même moment, un consortium japonais mettait au point une méthode d’extraction des glucosides du stévia. L’État japonais a alors autorisé l’extrait de stévia comme édulcorant alimentaire. Son usage s’est rapidement répandu en Asie et en Amérique du Sud. Il est désormais présent dans quantité de produits agroalimentaires sur ces continents : de la sauce soya aux boissons gazeuses en passant par la gomme à mâcher, les tortillas et les gâteaux de riz.

En 1991, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a statué que le stevia était inacceptable comme additif alimentaire et en a interdit l’importation. Sous la pression des consommateurs et des distributeurs, la FDA a autorisé, en 1995, la vente du stevia (plante brute et extraits), mais seulement à titre de supplément alimentaire et non pas d’additifs ajouté aux produits transformés. La situation réglementaire était la même au Canada et aux États-Unis, du moins jusqu’en 2008.

En Europe, le stevia , sous toutes ses formes, est considéré comme un nouvel aliment et doit donc faire l’objet d’une autorisation de mise en marché. Il se pourrait cependant que la situation change, dans la mouvance des autorisations accordées en 2008 aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio sucrette
stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio

Précautions

Attention

On recommande aux personnes souffrant d’un diabète de type 2, d’hypertension ou d’hypotension qui désirent prendre du stevia de vérifier régulièrement leur taux de glucose sanguin ou leur tension artérielle, afin de faire ajuster leur médication si nécessaire.

Contre-indications

Par prudence, certaines sources recommandent aux femmes enceintes et à celles qui allaitent d’éviter de consommer de grandes quantités de stevia.

Effets indésirables

Le stevia pourrait provoquer des allergies chez les personnes allergiques aux plantes de la famille des astéracées (marguerite, pissenlit, chrysanthème, etc.), bien qu’aucun cas n’ait été signalé à ce jour24.

Selon un essai conduit sur des animaux, le stevia ne provoque pas de carie26.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

Les effets du stevia pourraient s’ajouter à ceux des plantes ou des suppléments qui ont une action hypotensive ou hypoglycémiante.

Avec des médicaments

Les effets du stevia pourraient s’ajouter à ceux des médicaments hypotenseurs ou hypoglycémiants.

stevia rebaudiana molécule
stevia rebaudiana molécule

Recherches sur la stevia

Hypertension artérielle. En Chine, deux essais cliniques de très bonne qualité ont donné des résultats concluants. Une première étude à double insu a été effectuée en 2000 auprès de 106 personnes souffrant d’hypertension6. Les sujets ont reçu, pendant un an, soit un placebo, soit 250 mg de stéviosides, trois fois par jour. Après trois mois, la tension artérielle des membres du groupe traité était inférieure de 12 mmHg à 15 mmHg à celle des sujets du groupe placebo. Cet effet a persisté jusqu’à la fin de la recherche. Un deuxième essai, publié en 20037, a porté sur 174 personnes atteintes d’hypertension légère. Elles ont été traitées pendant deux ans soit avec un placebo ou avec 500 mg de stéviosides, trois par jour. Résultat : leur pression sanguine a diminué (effets notés dès la première semaine de consommation) et leur qualité de vie s’est améliorée. Les stéviosides ont aussi réduit les risques d’hypertrophie du ventricule, une complication de l’hypertension non traitée. Malgré l’excellente qualité des études, certains analystes soulèvent le fait surprenant qu’aucun effet placebo n’ait été observé lors de ces deux études. Ils mettent en garde contre la tentation de vouloir généraliser les effets obtenus auprès de participants chinois à l’ensemble des populations non-asiatiques.

En 2006, des chercheurs brésiliens ont réalisé un essai clinique avec placebo auprès de 14 sujets souffrant d’hypertension artérielle légère et non traitée10. On leur a administré des doses de stevia sur une période de 24 semaines. Mais, la plante n’a pas été plus efficace que le placebo pour réduire la pression artérielle des sujets. Cependant, ces résultats non concluants pourraient être attribuables au nombre très restreint de sujets et au dosage nettement moins élevé que celui des essais menés en Chine. Les doses étaient environ de 250 mg par jour durant 7 semaines, puis de 500 mg durant 11 semaines et de 750 mg durant 6 semaines (pour une personne de 70 kg).

Ces trois études ont clairement établi l’innocuité de la prise régulière de stéviosides sur de longues périodes.

Diabète de type 2, intolérance au glucose. Le stevia augmenterait la tolérance au glucose et abaisserait le taux de glucose sanguin, selon un essai11 de faible envergure portant sur 16 volontaires en santé, publié en 1986. Les données animales et in vitro indiquent que les composants du stevia pourraient agir directement sur le pancréas pour stimuler la production d’insuline, mais aussi diminuer l’absorption intestinale des sucres ou encore augmenter la sensibilité à l’insuline et les fonctions métaboliques du foie et des muscles squelettiques.

Toxicologie. Les Japonais estiment avoir démontré l’innocuité du stevia et de l’extrait standardisé en stéviosides1. Cela a permis à l’État japonais et à plusieurs autres pays en Asie et en Amérique du Sud d’autoriser son emploi comme additif alimentaire. Le stevia et les extraits standardisés en stéviosides sont employés depuis environ 30 ans dans ces pays. Cependant en janvier, l’Europe, le Canada et d’autres pays refusaient encore d’en autoriser l’usage comme édulcorant.

La raison le plus souvent invoquée pour justifier ce refus est que les stéviosides pourraient avoir un impact négatif sur la reproduction humaine. Selon une source ethnobotanique paraguayenne, le stevia serait considéré comme une plante abortive. Cependant, aucun cas d’effets indésirables sur la fertilité humaine n’a été rapporté dans les pays où on autorise, depuis des décennies, la plante et ses extraits comme additif alimentaire. Quant aux études in vitro et sur des animaux de laboratoire, les données sont parfois contradictoires. Après les avoir analysées attentivement, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a conclu, en 2006, que les stéviosides n’ont pas d’effets négatifs sur la reproduction.

En 2004, des chercheurs danois ont mené une étude croisée (stevia ou placebo successivement chez les mêmes individus) chez 12 patients atteints de diabète de type 215. Ils ont observé que 1 g d’extrait de feuilles de stevia – contenant 91 % de stéviosides – avait amélioré la glycémie après un repas-type, comparativement à un placebo fait de fécule de maïs. Ces résultats sont encourageants. Ils corroborent l’usage traditionnel du stevia qui est utilisé en Amérique du Sud pour traiter le diabète. Cependant, des études de meilleure qualité et de plus grande envergure sont nécessaires avant que l’on puisse trancher sur l’emploi clinique de l’extrait ou déterminer un dosage optimal.

En 2008, un comité conjoint de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et de l’OMS a fixé la dose journalière acceptable d’extraits de stevia (stéviosides) à 0 mg à 4 mg par kilo de poids corporel. Cela représente donc un maximum de 200 mg de stéviosides par jour pour une personne de 50 kg, et 280 mg pour une personne de 70 kg26. Il s’agit là d’un dosage très prudent, car tel que mentionné plus haut, la prise quotidienne de 1 500 mg de stéviosides par jour durant deux ans n’a eu aucun effet indésirable chez des Chinois souffrant d’hypertension.

Sur les tablettes

Dans le commerce, on trouve le stevia sous deux formes principales :

La poudre de feuilles séchées. Son pouvoir édulcorant est de 10 à 15 fois plus élevé que celui du sucre. Elle a été traditionnellement employée pour adoucir le goût des tisanes de plantes amères.

L’extrait normalisé (au moins 90 % de stéviosides). Il est constitué d’une poudre blanche soluble dans l’eau. Il est aussi offert sous forme liquide. Son pouvoir édulcorant est beaucoup plus élevé que celui du sucre raffiné (de 100 à 300 fois), sans aucune calorie. Il faut l’utiliser avec beaucoup de parcimonie. Les sites Internet qui en font le commerce présentent des tables de conversion (spécifiques à leurs produits) qui permettent de doser adéquatement cet édulcorant.

Le goût. La feuille entière a un arrière-goût amer qui peut rappeler la réglisse. L’extrait en poudre, une fois mélangé à un liquide, aurait moins d’arrière-goût. Des extraits liquides aromatisés sont aussi offerts (menthe, vanille, etc.).

Boutique Biologiquement.comLa Stevia, l’édulcorant naturel qui menace l’aspartame

  Posté par stevia       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Un nouvel édulcorant de table est autorisé depuis peu en France : la Stevia bio antioxydant naturel puissant. Le marché du sucre est en ébullition.

 

Une plante controversée débarque dans les cuisines françaises : la Stevia(stevia rebaudiana), un édulcorant naturel qui pourrait bientôt remplacer le sucre de canne et le sucre de betterave. Aussi appelé rébaudioside A, cet édulcorant a la capacité de sucrer 200 fois plus que le sucre classique et peut servir à la confection de pâtisseries, confiseries, boissons et autres.
Alors que la Stevia est consommée au Japon depuis plus de 30 ans, vendue sous forme de poudre blanche, cette alternative naturelle au sucre classique peine à s’installer en Europe, notamment en France.
Longtemps banni au motif que son innocuité n’était pas suffisamment prouvée, le rébaudioside A n’est autorisé sur le territoire français que depuis septembre 2009. La France a été le premier pays européen à l’autoriser, jusque-là en tant que simple complément alimentaire. Sa commercialisation sous forme d’édulcorant de table vient d’être légalisée dans un arrêté publié le 15 janvier au Journal officiel.
D’origine sud-américaine, c’est dans son feuillage que la Stevia synthétise des édulcorants naturels : des stéviosides, des stéviols et des rébaudiosides. Ces composés à fort pouvoir sucrant ne contiennent aucune calorie.
Un nouveau venu sur le marché du sucre
Mais les fabricants d’édulcorants de synthèse ne veulent pas voir s’implanter un concurrent, 100% naturel de surcroît.
Les géants de l’agroalimentaire ont donc pris les devants et verrouillé le marché : la société Mérisant, qui produit et commercialise Equal, Canderel et d’autres édulcorants dans le monde entier, détient plus du tiers du marché des édulcorants de table basses calories, estimé à un milliard et demi de dollars.
Mérisant s’est ainsi associé à Pepsi pour fabriquer des sucrettes (n.déposé) à base d’extraits de Stevia et conquérir le marché français.
La Stevia, l'édulcorant naturel qui menace l'aspartame
La Stevia, l’édulcorant naturel qui menace l’aspartame
La crainte des lobbies de l’aspartame
Dans une interview donnée à France Info en octobre 2009, Philippe Reiser, directeur scientifique du Centre d’études et de documentation du sucre (Cedus), démentait tout lobbying des fabricants pour limiter l’autorisation des extraits de Stevia:
« C’est nous donner beaucoup de crédit que de considérer qu’il y a eu une pression efficace qui aurait visé à empêcher l’autorisation d’un nouvel édulcorant. Je pense que c’est un compétiteur sérieux des édulcorants artificiels, de l’aspartame en particulier, mais pas du sucre classique. »
Coca Cola et Pepsi se sont pourtant empressés de déposer un brevet sur le rébaudioside A et de s’en servir en tant qu’édulcorant pour la fabrication de boissons qui devraient arriver la France cette année. Aux États-Unis, de nouvelles boissons à base de Stevia sont d’ailleurs déjà commercialisées, comme le Sprite Green de Coca Cola.
Au Japon, la Stevia occupe déjà 40% du marché des substituts du sucre. Une vraie menace que les lobbies de l’aspartame ont essayé d’enrayer en faisant pression sur la Commission européenne. La Stevia a été soupçonnée d’engendrer des troubles de la fertilité, mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a statué en 2008 et le rébaudioside A est officiellement blanchi de tout soupçon.
Edulcorant de luxe
Le 11 décembre 2009, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a émis un projet d’arrêté modifiant l’autorisation de septembre 2009 relatif à l’emploi du rébaudioside A comme additif alimentaire. Alors que ce composé serait thermiquement instable au-delà de 120°C, l’arrêté a malgré tout été publié en janvier.
En outre, il reste encore interdit de consommer les feuilles de la Stevia séchées et broyées comme le faisaient les Indiens Guarani pour adoucir leurs tisanes.
En tant qu’édulcorant, sa consommation n’induit pas de hausse de la glycémie et est par conséquent tolérée par les diabétiques. Un bémol : son prix, qui pourrait freiner son invasion. Il faut débourser 9,90 euros pour 50 grammes de poudre, ce qui le rend dix fois plus cher que l’aspartame. Malgré tout, la Steviapourrait remplacer d’ici cinq ans de 20 à 25% des édulcorants de synthèse.
Photos : un agriculteur paraguyen montre des feuilles de stévia, en juillet 2007 (Jorge Adorno/Reuters) ; un pot de Stevia en poudre (Akajos/Flickr).

Boutique Biologiquement.comPropriétés de la stévia rebaudiana

  Posté par stevia       Laisser un commentaire
[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Stevia bio antioxydant naturel puissant

Voici une plante dont nous attendions la reconnaissance depuis longtemps ! Dés l’ouverture de notre magasin puis du site nous soutenions l’idée que la stévia était incontournable. Elle est à notre sens la seule alternative au sucre pour les diabétiques ou ceux ne désirant pas en consommer avec un pouvoir sucrant 15 fois supérieur sans les inconvénients. En fait elle donne un goût sucré en titillant les papilles du bout de la langue (récepteurs du goût sucré). Comme elle ne contient pas de molécules de sucre, la glycémie sanguine n’augmente pas et il n’y a pas de stockage sous forme de graisse.

La Stévia contient des diterpènes glycosylés :le Stéviol (acide ent-13-hydroxykaur-16-ène-19-oïque), l’ isostéviol, le Stévioside, le Stéviolbioside, le Rebaudioside A,B,C,D,E et le Dulcoside A qui donnent cette saveur sucrée.

L’extrait brut a un effet hypoglycémiant pour les diabétiques (étude sur des lapins par Von Schmeling et sur des humains par Curi). Mais lorsque l’on isole les molécules précitées, des études ont montré que le stéviol et l’isostéviol avaient en particulier cette vertu.

Ces deux composés agiraient au niveau des mitochondries du foie comme inhibiteurs de la phosphorylation oxydative. En jargon scientifique, cela se traduit par une baisse de la synthèse d’ATP ce qui augmente la glycolyse et réduit la néoglucogenèse. Traduction : ils favorisent l’utilisation du glucose par les cellules et en limitent la fabrication à partir de précurseurs non-glucidiques. Un autre mécanisme est proposé, le stéviol stimulerait la sécrétion d’insuline par une action directe sur les cellules du pancréas.

Enfin, le stévioside  est anti-bactérien pour Steptococcus mutans et limite sa production d’acide. Cela lui donne donc en outre des propriétés pour la lutte et la prévention contre les caries.

 

La Stévia est enfin autorisée en France depuis la publication d’un arrêté interministériel le 6 septembre 2009 autorisant l’utilisation et la commercialisation de la stevia en France.

Nous remercions tous ceux qui se sont battus en ce sens et en particulier Guayapi Tropical condamné à 8000€ d’amande en décembre 2008 pour avoir bafoué les autorisations et continué à commercialiser la Stévia, simplement par conviction.

Boutique Biologiquement.comLa stévia : un édulcorant naturel aux multiples vertus

  Posté par stevia       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

 Stevia bio antioxydant naturel puissant

Stevia Rebaudiana
Stevia Rebaudiana

Le stévia est une plante dont les feuilles, au goût sucré, sont utilisées pour remplacer le sucre et l’aspartame. Il est utilisé comme édulcorant naturel et vient juste d’être autorisé en France. On le trouve au rayon descompléments alimentaires, dans certains magasins de produits naturels. On peut aussi le cultiver, en pot.

Origine et histoire du stévia

Stevia rebaudiana est une plante tropicale native d’Amérique du Sud, appartenant à la famille des Astéracées. Ses feuilles en forme de fer de lance sont recouvertes d’un léger duvet, et elles sont naturellement sucrées : elles renferment des glucosides (notamment le stévioside, le rébaudioside A, le rébaudioside C et le dulcoside) dont le pouvoir sucrant est jusqu’à 300 fois supérieur à celui du sucre de canne. Les Indiens d’Amazonie utilisent le stévia depuis des siècles comme agent sucrant. Ils lui attribuent aussi des propriétés stimulantes et tonifiantes pour le système nerveux, et s’en servent pour lutter contre la fatigue, en mâchant longuement ses feuilles.

Le stévia est très utilisé au Japon, où les deux tiers des édulcorants consommés sont des dérivés du stévia. Il est également produit et consommé dans d’autres pays d’Asie, comme la Malaisie, la Chine, la Corée du Sud ou encore la Thaïlande. Sur son continent d’origine, l’Amérique du Sud, le stévia est cultivé au Paraguay, en Uruguay et au Brésil. Les Etats-Unis en ont autorisé la consommation en 1995, comme additif alimentaire. Israël et la Suisse ont également reconnu l’usage du stévia comme édulcorant naturel.

Dans tous ces pays, le stévia entre dans la composition de nombreux produits agro-alimentaires, en remplacement du saccharose ou de l’aspartam : yaourts allégés, desserts, glaces, sodas dits « light », chewing-gums sans sucre, et même pâtisseries. On l’utilise aussi pour « sucrer » le thé, le café…

Un pouvoir sucrant bien supérieur à celui du sucre

Un quart d’une cuillère à café de stévia équivaut à 2 cuillères à café de sucre, ce qui signifie que 4g de stévia correspondent à 100g de sucre ! L’apport calorique du stévia étant très faible, cette plante présente les mêmes atouts que les édulcorants de synthèse (aspartam, cyclamate, saccharine, acésulfame…), sans en avoir les inconvénients. En effet, la plupart de ces édulcorants synthétisés chimiquement sont suspectés d’être cancérigènes et de perturber le système endocrinien (pancréas en particulier). Autre avantage, le stévia supporte une cuisson jusqu’à 200°C.

De multiples vertus supposées

Puisque le stévia ne renferme que très peu de calories, il est tout indiqué lorsque l’on surveille son poids. Il ne provoque pas de caries.

Certains prêtent également au stévia des propriétés hypotensives (utiles en cas d’hypertension artérielle), régulatrices de la glycémie (intéressantes en cas de diabète) ou encore diurétiques et coupe-faim (dans le cadre d’une recherche de perte de poids). Néanmoins, ces dernières propriétés n’ont à ce jour été prouvées par aucune étude scientifique.

Poudre, sucrettes (n.déposé), extrait liquide

Le stévia se trouve, dans certains pays du moins, sous différentes formes :

– poudre verte, obtenue à partir de feuilles séchées et broyées ;

– poudre blanche : les composés responsables du pouvoir sucrant (les glucosides de stéviol) ont été extraits et purifiés, ce qui confère au produit un pouvoir sucrant très élevé ;

– comprimés : leur utilisation est la même que celle des sucrettes (n.déposé) ;

– extrait liquide.

En France, on trouve désormais de la poudre d’un dérivé du stévia, le rebaudioside A, purifié à 97%. Après avoir été longtemps interdite, la consommation de stevia a été autorisée début septembre 2009. Il est aussi possible de le cultiver soi-même, à titre de plante d’ornement, mais rien ne vous empêche d’utiliser ses feuilles pour votre consommation personnelle !