Boutique Biologiquement.comStevia pour Remplacer le sucre dans les boissons et les aliments (édulcorant)

  Posté par stevia       3 commentaires
[Total : 3    Moyenne : 4/5]

Stevia bio antioxydant naturel puissant l’édulcorant naturel:

la plante sucrée qui peut vous guérir de bien des maux, du sucre et autres édulcorées chimiques.

Stevia rebaudiana

Habitat et origine

Petit arbuste originaire du nord de l’Amérique du Sud (Brésil et Paraguay), aujourd’hui cultivé sur une base commerciale en Amérique Centrale, au Brésil, au Paraguay, en Uruguay, aux États-Unis, en Russie, en Israël, en Thaïlande, en Chine, au Japon et en Corée.

Populaire en Asie, contrôlée aux États-Unis où elle ne peut s’appeler succédané de sucre, cette plante controversée permet cependant de réduire sa consommation de sucre tout en évitant d’ajouter de l’aspartame ou d’autres produits chimiques à son alimentation.

Il permet de mieux contrôler le taux de sucre sanguin et trouve des applications thérapeutiques pour les cas de : diabète, hypoglycémie, candidose. Comme il ne contient aucune calorie, il est tout indiqué pour les régimes amincissants.

Sous notre climat, cette plante s’acclimate à condition d’avoir de la chaleur.

Semis
la germination des graines de stevia est très aléatoire avec un taux de succès aux alentours de 25%. Les semences sont dispendieuses et difficiles à trouver. Faites vos semis de février à avril à l’intérieur à une température de 20 à 25 Celsius. La germination aura lieu en 7 à 14 jours.
Transplantez vos stevias au jardin en même temps que les tomates, les plants sont sensibles aux températures en bas de 10 Celsius.

Reproduction:


Le stevia se bouture facilement en toute saison.

Le plant une fois transplanté demandera quelques soins et de la chaleur. Une exposition ensoleillée est recommandée. Mais n’ayant aucune indication véritable sur sa culture sous nos climats, nous devrons donc utiliser les méthodes empiriques de nos anciens et la surveillance. La première année de culture du plant apportera la résolution de nos interrogations.

Le stevia prospère en plein soleil, dans des sols relativement pauvres, cependant il ne faut pas laisser sécher le sol. Faites un arrosage léger aux 2 à 3 jours. Les plants ayant des racines près de la surface, un paillis autour des plants empêchera les racines superficielles de sécher. Les plants de stevia préfèrent des engrais faibles en azote ou à dégagement lent d’azote comme le 14-14-14 ou un engrais à jardin ordinaire comme le 4-12-8.

Cette plante étant vivace, il vous faudra prévoir de la protéger l’hiver ou de lui trouver un lieu d’acclimatation propice à sa conservation en cas de froid ou gel.
Les plants une fois adultes ne sont pas gros, 40 à 60 cm (parfois 90 à 100 cm de hauteur) et fleurit en août et septembre, et ne devrait pas défigurer vos massifs. Les bienfaits que pourraient vous apporter ses principes actifs doivent être une des raisons qui vous poussent à en faire le promoteur ultérieurement.

Récolte
Le feuillage se récolte en tout temps et peut être consommé frais ou être séché et conservé dans un bocal fermé hermétiquement. Les feuilles récoltées en automne ont une concentration plus forte de stévoïde (agent qui sucre). De préférence la récolte s’effectue au début de la floraison
Maladie
Le stevia est une plante qui par sa constitution permet aux pucerons, limaces ou autres insectes en mal de nourritures, d’être un met de choix et en plus soignent leurs problèmes et embarras gastriques. Donc faire attention à ce que ces insectes ne mettent à mal votre future récolte.

Historique

 

Les Indiens Guarani d’Amérique du Sud employaient les feuilles de stevia  pour édulcorer leurs infusions de plantes. Au Brésil et au Paraguay, on les utilise depuis des siècles en cuisine. Cependant, il a fallu attendre le début du XXe siècle pour qu’on commence réellement à s’intéresser à ses puissants glucosides (substances végétales cristallines qui produisent du sucre après avoir été absorbées par l’organisme), les stéviosides, qui possèdent un pouvoir édulcorant de 100 à 300 fois supérieur à celui du sucre, mais qui n’apportent aucune calorie.
Au début des années 1970, le Japon a interdit l’usage des édulcorants artificiels (aspartame, saccharine) parce que les autorités craignaient leurs effets négatifs sur la santé humaine. Au même moment, un consortium japonais mettait au point une méthode d’extraction des glucosides du stevia . L’État japonais a alors autorisé l’extrait de stevia comme édulcorant alimentaire. Son usage s’est rapidement répandu en Asie et en Amérique du Sud. Il est désormais présent dans quantité de produits agroalimentaires dans ces pays : de la sauce soja aux boissons gazeuses, en passant par la gomme à mâcher, les tortillas et les gâteaux de riz.
En 1991, la FDA américaine a statué que le stevia était inacceptable comme additif alimentaire et en a interdit l’importation. Il n’est pas exclu de voir dans cette décision l’intervention du puissant lobby des édulcorants artificiels. Une vaste campagne, soutenue par les Japonais, fut lancée afin de lever l’interdit américain sur une plante médicinale aussi utile. En effet, en Amérique du Sud, la phytothérapie traditionnelle considère le stevia comme hypoglycémiant, hypotenseur, diurétique et cardiotonique. Sous la pression des consommateurs et des distributeurs, la FDA a accepté, en 1995, d’autoriser la vente du stevia à titre de supplément. Cependant, son usage est toujours interdit comme édulcorant que ce soit aux États-Unis, au Canada et dans les pays membres de l’Union européenne.
Depuis 1995, des agriculteurs essayent de cultiver le stevia dans le sud de l’Ontario et des recherches sont en cours en Alberta et en Colombie-Britannique pour mettre au point un édulcorant naturel qui pourrait faire concurrence aux produits actuellement sur le marché, si jamais l’usage du stevia est autorisé à cette fin.
Utilisation
La poudre de feuilles séchées est insoluble dans l’eau. Son pouvoir édulcorant est de 10 à 15 fois plus élevé que celui du sucre. On peut en faire une infusion, pure ou en mélange avec d’autres plantes. Elle a été traditionnellement employée pour améliorer le goût des tisanes de plantes amères. Infuser 1 c. à thé de poudre par litre d’eau bouillante pendant 10 à 15 minutes.
Les feuilles de stevia séchées et équivalent en sucre :
-1/8 de cuillérée à thé équivaut à 1 cuillérée à thé de sucre blanc
-3/8 de cuillérée à thé équivaut à 1 cuillérée à table de sucre blanc
-1 1/2 de cuillérée à thé équivaut à 1/4 de tasse de sucre blanc
-1 cuillérée à table équivaut à 1/2 de tasse de sucre blanc
-2 cuillérée à table équivaut à 1 tasse de sucre blanc
2 – stevia séchés
Utilisez ces équivalences pour remplacer le sucre dans toutes les recettes de cuisine et le sucrage des breuvages.
Le stevia , consommé comme édulcorant et utilisé à petites doses, semble sécuritaire pour les personnes diabétiques et celles qui souffrent d’hypoglycémie, selon un médecin américain coauteur d’un livre intitulé The stevia Cookbook. Il peut aussi remplacer le sucre de façon transitoire pour les personnes qui veulent perdre du poids. .
– Selon une étude effectuée sur des rats, le stevia n’aurait pas d’effet cariogène.
– Le stevia n’a pas tout à fait le même goût que le sucre. La feuille entière a un arrière-goût amer ou de réglisse; l’extrait en poudre, une fois mélangé à un liquide, aurait moins d’arrière-goût. Il est aussi offert sous forme liquide.
– Les experts ne s’entendent pas sur l’apport maximal tolérable en stéviosides. Une dose quotidienne sécuritaire se situerait autour de 8 mg/kg de poids corporel, soit 480 mg de stéviosides pour une personne de 60 kg, selon une étude publiée en 1992. En ce qui concerne la plante elle-même, des doses ne dépassant pas 1 g/jour sont considérées acceptables.
Usages médicaux
Le stevia remplace le sucre sans les inconvénients de celui-ci, de plus il ne contient pas de calories, il convient donc aux régimes amaigrissant.
Remplacer le sucre dans les boissons et les aliments (édulcorant).
Faire baisser le taux de glucose sanguin et stimuler la production d’insuline, abaisser la tension artérielle.
Tonifier le coeur, abaisser la tension artérielle, faire baisser le taux de glucose sanguin et stimuler la production d’urine (diurétique)
Recherches / Toxicologie
Les Japonais estiment avoir démontré l’innocuité du stevia et de l’extrait standardisé en stéviosides, ce qui a permis à l’État japonais et à plusieurs autres en Asie et en Amérique du Sud d’autoriser son emploi comme additif alimentaire. Le stevia et les extraits standardisés en stéviosides sont utilisés depuis environ 25 ans dans ces pays. Cependant, les autorités de l’Amérique du Nord et de l’Europe se refusent encore à en autoriser l’usage comme édulcorant.
La raison le plus souvent invoquée pour justifier ce refus est que certains estiment que les stéviosides pourraient avoir un impact négatif sur la reproduction humaine. C’est au Paraguay et au Brésil que la plante a été utilisée en médecine populaire. Or, selon une source ethnobotanique paraguayenne, elle serait considérée comme une plante abortive, d’où les inquiétudes qu’elle soulève chez certains. Notez que le Botanical Safety Handbook, un ouvrage très rigoureux consacré à l’analyse de l’innocuité des plantes estime que le stevia , sous forme de plante, est tout à fait sécuritaire lorsque consommé en quantité raisonnable et ne le considère pas dangereux pour les femmes enceintes. À ce jour, la controverse demeure, mais après 25 années d’utilisation intensive, aucun cas d’effets secondaires indésirables (de ce type ou d’un autre) n’a été rapporté dans les pays où on autorise la plante et ses extraits comme additif alimentaire. Quant aux études sur des animaux de laboratoire, les résultats sont contradictoires.
Hypertension
En 2000, des chercheurs chinois publiaient les résultats d’une étude randomisée à double insu portant sur 106 personnes souffrant d’hypertension. Les sujets ont reçu, pendant un an, soit un placebo, soit 250 mg de stéviosides, trois fois par jour. Après trois mois, la tension artérielle des membres du groupe traité était sensiblement inférieure à celle des sujets du groupe placebo et cet effet a persisté jusqu’à la fin de la recherche.
stevia rebaudiana biologique plante culture
Diabète
En 1986, des chercheurs brésiliens montraient, lors d’un essai de faible envergure portant sur 16 volontaires, que le stevia augmentait la tolérance au glucose et abaissait le taux de glucose sanguin. En 2000, une autre équipe brésilienne montrait, au cours d’une étude in vitro, que les stéviosides agissaient directement sur le pancréas pour stimuler la production d’insuline. Cependant, aucune étude portant sur l’efficacité du stevia pour traiter le diabète chez l’humain n’a encore été réalisée.
Précautions
On recommande aux personnes souffrant d’un diabète de type 2 qui désirent commencer à utiliser le stevia comme édulcorant de vérifier leur taux de glucose sanguin plus souvent, afin d’ajuster, si nécessaire, leur médication.
Contre-indications
Certaines sources déconseillent le stevia aux femmes enceintes et à celles qui allaitent.
Effets secondaires
Le stevia pourrait provoquer des allergies chez les personnes allergiques aux plantes de la famille des astéracées (marguerite, pissenlit, chrysanthème, etc.).
Interactions avec des plantes ou des suppléments
Aucune connue.
Avec des médicaments
Théoriquement, l’effet hypotenseur du stevia pourrait s’additionner à celui du vérapamil .
stevia en dermatologie
Traditionnellement pour traiter les problèmes de peau les Indiens utilise stevia de la manière suivante :
Ils font une tisane concentrée et utilise la tisane en application locale comme un liquide nettoyant de la peau. L’effet astringent lisse l’épiderme et l’effet bactéricide détruit les germes responsables des affections.
Une autre technique consiste à appliquer le filtrat de la tisane sur le visage et le laisser agir 1/2 heure.
Recette niponne
Cette autre recette consiste à mélanger la tisane de stevia concentrée et à la mélanger avec de l’argile verte et de l’appliquer comme un masque de beauté. Laisser agir 1/2 heure avant de rincer à l’eau fraîche et ioniquement pure. (Evian par exemple)
Soins des cheveux et du cuir chevelu
On utilisera une tisane de stevia diluée comme solution de rinçage, ce qui redonnera vigueur aux cheveux ternes et fatigués, et limitera la production séborrhéique du cuir chevelu. On pourra également mélanger de “l’argile verte” ou du “henné”, pour ceux qui veulent se faire une coloration, avec une tisane de stevia . Laisser agir une demi heure. Rincer avec une tisane de stevia diluée.
Stevia protège des caries
Traditionnellement, les Indiens d’Amérique du Sud utilisaient la stevia pour prévenir les caries, les saignements de gencives, le dépot de tartre et la gingivite. La science moderne a redécouvert les vertus antibactériennes de la Stevia, liés à sa teneur en chlorophylle et en vitamine C. La chlorophylle freine le développement de bactéries indésirables et la vitamine C exerce également une action antiseptique.
La stevia freine le dépot de tartre et protège des caries. En Europe, seuls 10 % des enfants de dix ans n’ont pas les dents plombées ! Jusqu’à l’âge de quarante ans, les caries sont la cause de 60 % des pertes de dents, ce qui représente une lourde charge pour les caisses de sécurité sociale.
Les chercheurs Berry et Henry du Dental Science Research Group de Purdue University, indiana, ont indoqué en 1981 que stévioside, au contraire du glucose, de la fructose et de la sucrose, créaient un environnement hostile aux bactéries de type streptococcus mutans, et qu’il agissait efficacement contre les lactobacillus plantarum. La production des enzymes dextransucrase et invertase, qui sont néfastes, est freinée de 20 % par le stévioside, alors que le sorbitol et le xylitol n’exercent aucune action sur elles.
Une étude brésilienne a montré qu’une solution aqueuse contenant du stévioside réduisait les caries de 70 %. D’autres travaux, plus anciens, avaient indiqué que le stévioside ralentissait, en culture, le taux de multiplication des bactéries orales.
Au Brésil, on ajoute de la stevia aux pates dentifrices, parce qu’il est admis que cette plante prévient la formation de la plaque dentaire et des caries. Les Japonais apprécient la Stevia pour son action antiseptique et l’ajoutent aussi bien au chewing-gum Wrigley sans sucre qu’à de nombreux dentifrices, bains de bouche, médicaments contre le saignement des gencives ou contre le mal de gorge. Pour ma part, j’ajoute quelques gouttes d’extrait de Stevia sans alcool dans l’eau du produit que j’utilise pour mes bains de bouche. Séduits par le goût agréable de cette plante, mes enfants utilisent maintenant ce produit après s’être lavé les dents. Quand j’ai mal à la gorge, je procède à des gargarismes avec une eau à laquelle j’ajoute quelques gouttes d’extrait de stevia sans alcool.
Un dentifrice sucré pour combattre les caries ?
Méfiez-vous : les dentifrices, et tout spécialement ceux qui sont destinés aux enfants, contiennent souvent du sucre, du fluor ou des substances comme la saccharine. Ces produits sont néfastes pour les petits, qui souvent les avalent. Même lorsqu’ils s’en abstiennent, les substances incriminées peuvent passer dans le sang, par l’intermédiaire de la muqueuse. Ce moyen d’assimilation est reconnu par les médecins, qui prescrivent parfois de laisser fondre sous la langue des cachets de vitamine B 12 ou de spiruline, parce que cette méthode est plus efficace que lorsque le patient avale.
Les dentifrices contenant du sucre doivent être proscrits, parce que le sucre modifie le pH dans la bouche, en le rendant acide, ce qui contribue a la formation de la plaque dentaire et des caries, et finit par déboucher sur la perte des dents. La consommation d’une trop grande quantité de sucre ralentit la sécretion de la salive, ce qui sensibilise les dents et les gencives aux infections. Dans la bouche, les bactéries se nourrissent de sucre, et le produit acide de leur métabolisme attaque les dents, tout en modifiant le milieu basique. L’engrenage est fatal : le pH devenu acide modifie nos sensations de goût, et nous privilégions les friandises par rapport aux aliments plus sains, riches en substances vitales. C’est le début d’un cercle vicieux. En outre, le sucre appauvrit le rapport de sang aux dents. Regardez donc attentivement votre tube de dentifrice et le produit que vous utilisez pour vos bains de bouche. On ne trouve pratiquement pas de dentifrice sans sucre en dehors des magasins de dietétique.
RECETTE DE PÂTE À DENTIFRICE
Voici une recette de dentifrice sain, adouci de stevia , que j’ai trouvée dans le livre de David Richard : prenez 15 g de poudre d’amande, 30 g de bicarbonate de soude sans aluminium ou de poudre tartrique (que vous trouverez dans les magasins de diètétique), 15 g de poudre de propolis, 15 g de poudre verte de stevia , et de la glycerine végétale. Confectionnez une pâte à l’aide de tous ces ingrédients et aromatisez-la à l’aide d’huile essentielle de menthe (orange, vanille ou autres…). Si vous n’ajoutez pas la glycérine, vous pouvez mélanger le tout dans une petite bouteille (en la secouant). Vous obtiendrez une poudre dont vous pourrez vous servir quotidiennement comme d’un dentifrice naturel. Certaines personnes rajoutent du bicarbonate de soude pour son effet abrasif.
En raison de son action antibactérienne, la stevia soigne les gencives et prévient les maux de gorge.
II reste à espérer que l’Europe et l’Amérique adoptera bientôt la stevia pour édulcorer les dentifrices, comme cela est courant au Japan ou au Brésil, et que ces produits seront facilement disponibles. Une société munichoise propose déja un bain de bouche à base de stevia et d’Aloe Vera. Si vous ne souhaitez pas attendre la fabrication industrielle du dentifrice, vous pouvez le fabriquer vous-même. Et même modifier la recette à votre goût et créativité.

Boutique Biologiquement.comStevia rebaudiana, famille des astéracées, contient des stéviosides fort pouvoir sucrant

  Posté par stevia       1 commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Nom commun : stevia bio antioxydant naturel puissant


Nom botanique :
Stevia rebaudiana, famille des astéracées ou composées.
Nom anglais :
stevia.

Partie utilisée : feuilles.
Habitat et origine :
petit arbuste originaire du nord de l’Amérique du Sud (Brésil et Paraguay), aujourd’hui cultivé sur une base commerciale en Amérique centrale, au Brésil, au Paraguay, en Uruguay, aux États-Unis, en Russie, en Israël, en Thaïlande, en Chine, au Japon et en Corée.

stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio sucrette
stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio

Posologie

On attribue les effets du stévia aux stéviosides qu’il renferme. La teneur en stéviosides des feuilles peut varier de 4 % à 20 % du poids sec en fonction des cultivars employés et des conditions de culture. Pour obtenir l’effet thérapeutique recherché, il importe donc d’employer un extrait normalisé en stéviosides.

Hypertension artérielle

– Prendre de 250 mg à 500 mg de stéviosides, trois fois par jour.

Avertissement. L’automédication en cas de diabète peut entraîner de graves problèmes. Lorsqu’on entreprend un traitement ayant pour effet de modifier son taux de glucose sanguin, il faut surveiller sa glycémie de très près. Il est aussi nécessaire d’avertir son médecin afin qu’il puisse, au besoin, revoir la posologie des médicaments hypoglycémiants classiques.

Historique du stevia rebaudiana

Les Indiens Guarani d’Amérique du Sud ajoutaient à leurs infusions de plantes des feuilles de stevia pour les adoucir. Au Brésil et au Paraguay, on les utilise depuis des siècles en cuisine. En Amérique latine, la phytothérapie traditionnelle considère le stevia comme hypoglycémiant, hypotenseur, diurétique et cardiotonique.

Il a quand même fallu attendre le début du XXe siècle pour qu’on commence réellement à s’intéresser aux stéviosides de la plante, qui possèdent un pouvoir sucrant de 100 à 300 fois supérieur à celui du sucre sans aucune calorie. Les stéviosides font partie de la famille des glucosides, des substances végétales cristallines qui produisent du sucre après avoir été absorbées par l’organisme.

Au début des années 1970, le Japon a interdit l’usage des édulcorants artificiels (aspartame, saccharine) parce que les autorités craignaient leurs effets négatifs sur la santé humaine. Au même moment, un consortium japonais mettait au point une méthode d’extraction des glucosides du stévia. L’État japonais a alors autorisé l’extrait de stévia comme édulcorant alimentaire. Son usage s’est rapidement répandu en Asie et en Amérique du Sud. Il est désormais présent dans quantité de produits agroalimentaires sur ces continents : de la sauce soya aux boissons gazeuses en passant par la gomme à mâcher, les tortillas et les gâteaux de riz.

En 1991, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a statué que le stevia était inacceptable comme additif alimentaire et en a interdit l’importation. Sous la pression des consommateurs et des distributeurs, la FDA a autorisé, en 1995, la vente du stevia (plante brute et extraits), mais seulement à titre de supplément alimentaire et non pas d’additifs ajouté aux produits transformés. La situation réglementaire était la même au Canada et aux États-Unis, du moins jusqu’en 2008.

En Europe, le stevia , sous toutes ses formes, est considéré comme un nouvel aliment et doit donc faire l’objet d’une autorisation de mise en marché. Il se pourrait cependant que la situation change, dans la mouvance des autorisations accordées en 2008 aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio sucrette
stevia rebaudiana biologique plante culture conseil recette bio

Précautions

Attention

On recommande aux personnes souffrant d’un diabète de type 2, d’hypertension ou d’hypotension qui désirent prendre du stevia de vérifier régulièrement leur taux de glucose sanguin ou leur tension artérielle, afin de faire ajuster leur médication si nécessaire.

Contre-indications

Par prudence, certaines sources recommandent aux femmes enceintes et à celles qui allaitent d’éviter de consommer de grandes quantités de stevia.

Effets indésirables

Le stevia pourrait provoquer des allergies chez les personnes allergiques aux plantes de la famille des astéracées (marguerite, pissenlit, chrysanthème, etc.), bien qu’aucun cas n’ait été signalé à ce jour24.

Selon un essai conduit sur des animaux, le stevia ne provoque pas de carie26.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments

Les effets du stevia pourraient s’ajouter à ceux des plantes ou des suppléments qui ont une action hypotensive ou hypoglycémiante.

Avec des médicaments

Les effets du stevia pourraient s’ajouter à ceux des médicaments hypotenseurs ou hypoglycémiants.

stevia rebaudiana molécule
stevia rebaudiana molécule

Recherches sur la stevia

Hypertension artérielle. En Chine, deux essais cliniques de très bonne qualité ont donné des résultats concluants. Une première étude à double insu a été effectuée en 2000 auprès de 106 personnes souffrant d’hypertension6. Les sujets ont reçu, pendant un an, soit un placebo, soit 250 mg de stéviosides, trois fois par jour. Après trois mois, la tension artérielle des membres du groupe traité était inférieure de 12 mmHg à 15 mmHg à celle des sujets du groupe placebo. Cet effet a persisté jusqu’à la fin de la recherche. Un deuxième essai, publié en 20037, a porté sur 174 personnes atteintes d’hypertension légère. Elles ont été traitées pendant deux ans soit avec un placebo ou avec 500 mg de stéviosides, trois par jour. Résultat : leur pression sanguine a diminué (effets notés dès la première semaine de consommation) et leur qualité de vie s’est améliorée. Les stéviosides ont aussi réduit les risques d’hypertrophie du ventricule, une complication de l’hypertension non traitée. Malgré l’excellente qualité des études, certains analystes soulèvent le fait surprenant qu’aucun effet placebo n’ait été observé lors de ces deux études. Ils mettent en garde contre la tentation de vouloir généraliser les effets obtenus auprès de participants chinois à l’ensemble des populations non-asiatiques.

En 2006, des chercheurs brésiliens ont réalisé un essai clinique avec placebo auprès de 14 sujets souffrant d’hypertension artérielle légère et non traitée10. On leur a administré des doses de stevia sur une période de 24 semaines. Mais, la plante n’a pas été plus efficace que le placebo pour réduire la pression artérielle des sujets. Cependant, ces résultats non concluants pourraient être attribuables au nombre très restreint de sujets et au dosage nettement moins élevé que celui des essais menés en Chine. Les doses étaient environ de 250 mg par jour durant 7 semaines, puis de 500 mg durant 11 semaines et de 750 mg durant 6 semaines (pour une personne de 70 kg).

Ces trois études ont clairement établi l’innocuité de la prise régulière de stéviosides sur de longues périodes.

Diabète de type 2, intolérance au glucose. Le stevia augmenterait la tolérance au glucose et abaisserait le taux de glucose sanguin, selon un essai11 de faible envergure portant sur 16 volontaires en santé, publié en 1986. Les données animales et in vitro indiquent que les composants du stevia pourraient agir directement sur le pancréas pour stimuler la production d’insuline, mais aussi diminuer l’absorption intestinale des sucres ou encore augmenter la sensibilité à l’insuline et les fonctions métaboliques du foie et des muscles squelettiques.

Toxicologie. Les Japonais estiment avoir démontré l’innocuité du stevia et de l’extrait standardisé en stéviosides1. Cela a permis à l’État japonais et à plusieurs autres pays en Asie et en Amérique du Sud d’autoriser son emploi comme additif alimentaire. Le stevia et les extraits standardisés en stéviosides sont employés depuis environ 30 ans dans ces pays. Cependant en janvier, l’Europe, le Canada et d’autres pays refusaient encore d’en autoriser l’usage comme édulcorant.

La raison le plus souvent invoquée pour justifier ce refus est que les stéviosides pourraient avoir un impact négatif sur la reproduction humaine. Selon une source ethnobotanique paraguayenne, le stevia serait considéré comme une plante abortive. Cependant, aucun cas d’effets indésirables sur la fertilité humaine n’a été rapporté dans les pays où on autorise, depuis des décennies, la plante et ses extraits comme additif alimentaire. Quant aux études in vitro et sur des animaux de laboratoire, les données sont parfois contradictoires. Après les avoir analysées attentivement, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a conclu, en 2006, que les stéviosides n’ont pas d’effets négatifs sur la reproduction.

En 2004, des chercheurs danois ont mené une étude croisée (stevia ou placebo successivement chez les mêmes individus) chez 12 patients atteints de diabète de type 215. Ils ont observé que 1 g d’extrait de feuilles de stevia – contenant 91 % de stéviosides – avait amélioré la glycémie après un repas-type, comparativement à un placebo fait de fécule de maïs. Ces résultats sont encourageants. Ils corroborent l’usage traditionnel du stevia qui est utilisé en Amérique du Sud pour traiter le diabète. Cependant, des études de meilleure qualité et de plus grande envergure sont nécessaires avant que l’on puisse trancher sur l’emploi clinique de l’extrait ou déterminer un dosage optimal.

En 2008, un comité conjoint de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et de l’OMS a fixé la dose journalière acceptable d’extraits de stevia (stéviosides) à 0 mg à 4 mg par kilo de poids corporel. Cela représente donc un maximum de 200 mg de stéviosides par jour pour une personne de 50 kg, et 280 mg pour une personne de 70 kg26. Il s’agit là d’un dosage très prudent, car tel que mentionné plus haut, la prise quotidienne de 1 500 mg de stéviosides par jour durant deux ans n’a eu aucun effet indésirable chez des Chinois souffrant d’hypertension.

Sur les tablettes

Dans le commerce, on trouve le stevia sous deux formes principales :

La poudre de feuilles séchées. Son pouvoir édulcorant est de 10 à 15 fois plus élevé que celui du sucre. Elle a été traditionnellement employée pour adoucir le goût des tisanes de plantes amères.

L’extrait normalisé (au moins 90 % de stéviosides). Il est constitué d’une poudre blanche soluble dans l’eau. Il est aussi offert sous forme liquide. Son pouvoir édulcorant est beaucoup plus élevé que celui du sucre raffiné (de 100 à 300 fois), sans aucune calorie. Il faut l’utiliser avec beaucoup de parcimonie. Les sites Internet qui en font le commerce présentent des tables de conversion (spécifiques à leurs produits) qui permettent de doser adéquatement cet édulcorant.

Le goût. La feuille entière a un arrière-goût amer qui peut rappeler la réglisse. L’extrait en poudre, une fois mélangé à un liquide, aurait moins d’arrière-goût. Des extraits liquides aromatisés sont aussi offerts (menthe, vanille, etc.).